Représentations du paysage : passage à l'acte

Publié le 04 décembre 2009
Paysage de palmiers
 
La démarche pédagogique présentée ici est représentative des méthodes de travail dans l'enseignement professionnel agricole : à travers une pédagogie de projet, faciliter l'appropriation des connaissances par l'engagement dans un projet collectif. L'action a été conduite au Lycée agricole d'Antibes.

 

A la convergence des disciplines

La démarche pédagogique présente quatre caractéristiques.
Elle s'inscrit dans le cadre d'une formation professionnelle avec comme objectif pédagogique : « Être capable d'analyser par des approches complémentaires dans leur contexte historique et culturel, les relations que les sociétés humaines entretiennent avec leur espace pour comprendre les paysages qui en résultent».

Elle est pluridisciplinaire, puisque sont mobilisés des enseignements d'éducation socioculturelle, des sciences et techniques de l'aménagement et d’histoire géographie.

Dans le domaine artistique le projet nécessite non seulement de prendre en compte l'histoire du paysage et des jardins, mais aussi prendre la mesure des enjeux de la création contemporaine. Il se construit sur un ensemble de ressources iconographiques variées touchant à la peinture, l’architecture, la sculpture… et met particulièrement l’accent sur l’art et le jardin, l’art et la nature, le Land art, l’art à l’échelle du paysage, le paysage dans l’art et l’art dans le paysage...
 
Enfin, elle comporte au final un atelier de création in situ, mobilisant l'ensemble des connaissances préalablement construites, et dont l'ambition est d'initier une démarche de création, avec l'accompagnement d'un artiste.
 

De la connaissance...

Une première phase, menée par les trois disciplines conjointement, concerne des apports théoriques dans les différents domaines et s’appuie sur des représentations du paysage dans leur contexte historique, social, culturel. Il s’agit de repérer les continuités et les ruptures dans leur évolution. Ce travail d’apports théoriques s’appuie entre autres sur un corpus de représentations tirées de l'histoire des arts. En parallèle, l’enseignant d’aménagement paysager met l’accent sur l’évolution du concept de parc et jardin et met en perspective des exemples pris dans différentes aires géographiques et à différentes époques ( jardin médiéval, jardin à la française, jardin anglais, jardin andalou, japonais…). L’enseignant d’ESC aborde l’art contemporain dans les jardins et le concept du Land Art .

...à la recherche documentaire
Une deuxième phase, guidée par l’enseignant d’ESC, cherche à amener les étudiants vers une meilleure compréhension des démarches artistiques plus contemporaines en réalisant un travail de recherche documentaire, mais aussi en visitant des centres d’art et en rencontrant des artistes contemporains engagés dans un travail qui s'appuie sur les notions de paysage, de Land Art , Arte povera … Au cours de cette phase du travail, les étudiants exploitent les opportunités locales, se familiarisent avec les démarches artistiques et modifient leurs représentations du monde artistique.

...pour soutenir la créativité
Une troisième phase, conduite en Éducation socioculturelle, leur permet, en petits groupes, de s’impliquer dans la réalisation d’un projet d'expression sur le site d’un partenaire : jardin public, jardin botanique, éco-musée... Le projet se structure autour de la rencontre avec un artiste contemporain qui accompagne les étudiants, depuis la phase de conception jusqu'à la réalisation plastique. L’intervenant n’assure pas un travail créatif comme lors d’une résidence mais guide la production des étudiants, les interroge sur le sens, leur fournit des références supplémentaires… Les étudiants doivent d'abord élaborer en petits groupes des documents (textes, croquis, photos…) rendant compte de leur perception du site. En collaboration avec l'artiste, ils s’inscrivent ensuite dans une démarche de création et doivent visualiser leurs idées en présentant au responsable du lieu une proposition d’intervention tenant compte des différentes contraintes et consignes (prise en compte de l’échelle du site, utilisation de matériaux de récupération, ouverture au public…).

Le temps de la réalisation est de 2 journées , au cours desquelles les étudiants passent de l'ébauche à la réalisation concrète, éprouvent leurs idées dans le dialogue avec les matériaux, ... et apprennent à s'adapter. Dernier temps, et non des moindres : celui de l’ouverture de l’exposition au public, qui leur donne l’occasion d’expliquer leur démarche, mais aussi de poser et de recevoir un regard critique sur leur travail. Au final, le projet pédagogique fait l’objet d’une évaluation des connaissances acquises et de la capacité à proposer un travail d’expression plastique cohérent prenant en compte le site et l’espace.

 

Copyright © Ministère de la Culture et de la Communication - 2012

Partage par email

Tous les champs sont obligatoires.